Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suivre

S'abonner

Rechercher

Sélections


Archives

PINOCCHIO

Après le succès public et critique de La Forme de l'eau, Guillermo del Toro s'attelle à son nouveau projet. Alors que la perspective d'une adaptation des Montagnes Hallucinées de Lovecraft s'éloigne de plus en plus, le réalisateur ressort un projet (vieux de 2008) qui lui tient particulièrement à cœur : Pinocchio.

Nouvelle collaboration de del Toro avec Netflix, cette nouvelle version du fameux conte sera réalisée en stop-motion, avec l'aide de Mark Gustafson, aura pour décor l'Italie des années 30 et contiendra des parties musicales.

Dans notre histoire, Pinocchio est une âme innocente, avec un père indifférent, qui s’égare dans un monde qu’il ne comprend pas. Il se lance dans un voyage extraordinaire qui lui permettra de comprendre son père et le monde réel.

Del Toro reprendra-t-il les éléments sur lesquels il a déjà longuement travaillé ?

PINOCCHIO
PINOCCHIO
PINOCCHIO
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

M
Quoiqu'il se passe, un projet de Del Toro est toujours un événement en soit pour moi :-)
Répondre
M
Certes, mais le bonhomme tease tellement de projets alléchants que parfois la déception est grande quand ça n'aboutit pas.
L
Le projet "Pinocchio" m'enthousiasme beaucoup moins que "Les montagnes hallucinées", j'avoue.
Mais, avec Del Toro, l'un des plus grands réalisateurs actuels, pourquoi pas ?
Répondre
M
Entre une adaptation de Lovecraft et une énième version de Pinocchio, mon choix est également vite fait. Déjà que La Forme de l'eau ne me laisse pas un souvenir marquant, alors même que j'ai apprécié le film en salle...
R
Je suis d'accord, le sujet des Montagnes hallucinées me semble correspondre parfaitement à l'univers de Del Toro. Quand on regarde sa filmographie, on voit bien qu'il est capable de réaliser des films sur des sujets originaux et surtout pas des remakes !
Répondre
P
Mmmh, ça sent bon tout ça ! Voilà qui remet la bave aux lèvres du fervent lecteur de Lovecraft que je suis.
Répondre