Film américain de Zack SNYDER (2011)

Sucker Punch

Synopsis :

Dans les années 1950, Baby Doll est faite enfermée par son beau-père tyrannique dans une institution pour déficients mentaux, en attendant qu'elle s'y face lobotomiser dans les 5 jours. Une fois internée, la jeune fille se met cependant à rêver, imaginant une sorte de réalité parallèle pour s'éloigner de toutes ses douleurs et y entraînant ses camarades d'internement. Dans cette réalité imaginaire, elle prévoit alors son évasion et, pour cela, les cinq filles ont besoin de voler cinq objets aux différents gardiens avant que Baby Doll ne tombe entre les griffes d'un homme infect...

Sucker Punch - 50 Sucker Punch Sucker Punch Sucker Punch Sucker Punch Sucker Punch Sucker Punch

Avant-goût :

Le Royaume de Ga'Hoole n'était même pas encore sorti que la prochaine réjouissance de Zach Snyder faisait déjà parler d'elle. Annoncé comme une sorte d'Alice "trash", le moins que l'on puisse dire c'est que ça promet !!  Des robots, des soldats allemands, des samouraïs, des dragons... Espérons que ce joyeux mélange se mariera pour le meilleur. Au casting nous retrouverons entre autres Abbie Cornish (vu dans Bright Star) et Carla Gugino (déjà présente dans Watchmen).

Critique :

On peut dire que Snyder était attendu au tournant avec son nouveau long-métrage, par les fans comme par les détracteurs. Fini (pour un temps) les remakes et les adaptations en tout genre, le réalisateur porte pour la première fois à l'écran un scénario original et personnel (co-écrit). Disons le tout de suite : ceux qui ne voyaient en Snyder qu'un simple (mais plutôt doué) formaliste ne risquent pas de changer d'avis avec Sucker Punch. L'histoire ne semble n'avoir pour seul raison d'être que de permettre au réalisateur de placer ses gros morceaux d'action. Le fond se veut glauque (abus, homicide involontaire, asile, lobotomie), mais n'est clairement pas assez exploité. La structure du film et ses couches superposées font beaucoup penser (toute proportion gardée) au récent Inception (le rêve dans le rêve), mais le tout manque de cohérence (des dragons, des samouraïs, des nazis-zombies, des robots) et d'épaisseur (tout ça pour récupérer des objets).  Cependant, Sucker Punch est avant tout un film d'action. Et c'est là sa force. 4 morceaux de bravoure, tout en maîtrise et en énergie, dans des styles très différents : grosso-modo héroïc-fantasy, film de guerre avec zombies, SF et film de samouraïs mécaniques. Ma préférence se porte sans conteste sur l'épisode des tranchées (rien que pour cette séquence, le film vaut le coup d'être vu), soit 15 minutes de pure folie non-stop avec comme point d'orgue le mécha à tête de lapin rose, et sur celui de la poursuite du dragon. Un mot sur les musiques, plutôt bien choisies, même si les morceaux originaux vaudront toujours mieux que ces reprises. Quant au casting, il est plutôt inégal. Seule Abbie Cornish tire son épingle du jeu (loin de son rôle dans Bright Star, elle se révèle très à l'aise dans l'action). La présence (quoiqu'un peu anecdotique) de Scott Glen en mentor est assez réjouissante. Bref, on est loin du chef-d'oeuvre, mais Snyder ne ment pas en tout cas pas sur ce qu'il propose. Il est peut-être arrivé à un point où son cinéma devra évoluer sous peine sombrer dans l'impasse. Son Man of Steel (supervisé par Nolan) devrait remettre les pendules à l'heure.

★★★☆☆

SUCKER PUNCH
SUCKER PUNCH
SUCKER PUNCH
SUCKER PUNCH

Bande-annonce 1 :


Bande-annonce 2 :


Sortie française : 30 mars 2011

Retour à l'accueil