Film américain et britannique de Marc FORSTER (2008)

Quantum of Solace

Synopsis :

Même s'il lutte pour ne pas faire de sa dernière mission une affaire personnelle, James Bond est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir. En interrogeant Mr White, 007 et M apprennent que l'organisation à laquelle il appartient est bien plus complexe et dangereuse que tout ce qu'ils avaient imaginé... Bond croise alors la route de la belle et pugnace Camille, qui cherche à se venger elle aussi. Elle le conduit sur la piste de Dominic Greene, un homme d'affaires impitoyable et un des piliers de la mystérieuse organisation. Au cours d'une mission qui l'entraîne en Autriche, en Italie et en Amérique du Sud, Bond découvre que Greene manoeuvre pour prendre le contrôle de l'une des ressources naturelles les plus importantes au monde en utilisant la puissance de l'organisation et en manipulant la CIA et le gouvernement britannique... Pris dans un labyrinthe de traîtrises et de meurtres, alors qu'il s'approche du vrai responsable de la trahison de Vesper, 007 doit absolument garder de l'avance sur la CIA, les terroristes et même sur M, afin de déjouer le sinistre plan de Greene et stopper l'organisation...

 

Quantum of Solace

 

Critique :

Casino Royale (nouvelle version) avait pour ambition de remettre au goût du jour la saga Bond, à savoir lever le pied sur les gadgets et l'humour un peu douteux. C'était, pour ma part, mission plus que réussie. Quantum of Solace continue ce dépoussierrage, et, fait unique dans la série, reprend là où Casino Royale finissait (la capture de Mr White). Le film commence sur une scène d'action à la virtuosité impressionnante (un bon 007 se doit d'avoir une introduction à la hauteur). Une course-poursuite et un mot plus tard, le frisson est là. Place au générique (réussi une fois encore), on se dit qu'on est entre de bonnes mains et que le spectacle est assuré. Alors oui, la mécanique est par moment un peu trop voyante. On sent que le réalisateur a un cahier des charges à respecter, tous les quarts d'heure on a droit à notre scène d'action. Mais quand ces scènes sont réussies, pourquoi se plaindre ? Une fois de plus l'interprétation de Daniel Craig est sans faille : 007 y est plus que jamais déterminé, presque sans état d'âme. Il incarne parfaitement l'idée que je me fais de 007. On retrouve également avec plaisir Mathieu Amalric. Dans la peau du méchant du film, il s'en tire plutôt bien (car il est facile de tomber dans la caricature). Une des marques de fabrique de la saga est le dépaysement. Cette fois nous partons pour l'Italie et le Panama (qui devient pour le film Haïti et Bolivie), lieux magnifiés par une superbe photographie (au risque de faire parfois publicité de luxe). Petit bémol : la durée du film. C'est le film le plus court de la saga là où Casino Royale était le plus long. Ce qui nous donne un diptyque un peu bancal. Le scénario de Quantum of Solace aurait mérité d'être plus étoffé (et celui de Casino Royale resserré), donnant l'impression de rester sur notre faim. Malgré tout, c'est un très bon cru, qui ne donne envie que d'une chose : voir la suite !

★★★★☆

QUANTUM OF SOLACE
QUANTUM OF SOLACE

Sortie française : 30 octobre 2008

Retour à l'accueil