Série américaine (2004-2010)

Création :
J.J. ABRAMS
Damon LINDELOF
Jeffrey LIEBER

121 épisodes

LOST : les disparus

Synopsis :

Le vol 815 de la compagnie Oceanic Airlines, reliant Sydney à Los Angeles, explose en plein vol au-dessus d'une île du Pacifique non répertoriée sur les cartes. Le cockpit, l'avant ainsi que la queue de l'appareil tombent en des endroits différents de l'île, où les survivants vont apprendre à cohabiter et survivre. Dès les premiers jours, ils se rendent compte qu'ils ne sont pas seuls sur ce bout de terre, qui est le théâtre d'évènements étranges : activité magnétique intense, apparitions de revenants, monstre inconnu rôdant dans la jungle ou encore indigènes hostiles surnommés Les Autres qui agissent sous l'influence d'un certain Jacob, un leader mystique. Les survivants découvrent également les bâtiments abandonnés du Projet DHARMA, une organisation ayant mené des recherches scientifiques sur l'île dans les années 1970 et 1980. Les membres du Projet Dharma étudiaient le voyage dans le temps. En 1977, un incident a conduit le projet Dharma à maîtriser une importante accumulation d'énergie électromagnétique dans un bunker où, toutes les 108 minutes, une série de chiffres (4 8 15 16 23 42) doivent être rentrées dans un terminal informatique pour éviter que cette énergie ne s'échappe. Bientôt, à travers une série d'épreuves où beaucoup vont y laisser la vie, les passagers du vol 815 vont découvrir que l'avion ne s'est pas écrasé par hasard, et qu'ils ne sont que de simples pions sur un échiquier à échelle humaine...

Critique :

Tâche bien ardue que de faire la critique ou de tenter de résumer une série aussi complexe que Lost. Véritable OFNI télévisuel, Lost commence comme une vrai histoire de naufragés (avec crash d'avion, organisation de chacun pour survivre sur l'île),  pour intégrer des éléments de plus en plus étrange au fils des épisodes et des saisons. Ours polaire, fumée noire, trappe, bunker, bateau de pirate, voyage dans le temps. Lost pose finalement plus de questions qu'elle n'en résout, un peu comme Twin Peaks en son temps, pour le plus grand plaisir des uns (dont moi)...et l'agacement ou l'impatience des autres. Il est vrai qu'à multiplier les pistes, les personnages et les mystères, il est bien difficile d'éviter l'écueil du grand n'importe quoi. Mais pas pour une série comme Lost. Alors, oui, la toute fin sera forcément décevante. Premièrement, parce que c'est la fin. Deuxièmement, parce qu'elle ne correspondra pas nécessairement à celle qu'on s'était imaginée. Et puis troisièmement, parce que toutes nos interrogations ne trouveront pas de réponse.  Outre son scénario, une des grandes forces de Lost est son mode de narration. Chaque épisode est centré sur un personnage. Episode qui intègre des flashbacks, technique qui permet à la fois d'en apprendre davantage sur la vie du personnage en question avant qu'il échoue sur l'île, et de faire le lien avec les évènements présents (suggérant ainsi que rien n'est vraiment dû au hasard). Et les personnages sont très nombreux. On part en Irak, en Corée du sud, au fin fond de l'Amérique, au Nigeria, en Thaïlande, à Londres... Et l'on arrive à s'intéresser à l'histoire de chacun des protagonistes. Pour compliquer un peu le tout, ces flashbacks se transforment en flashsforwards au cours de la série. On ne retourne donc plus sur les évènements passés des personnages mais on entrevoit leur futur. Mais la série ne s'arrête pas là. Les flashforwards se transforment à nouveau pour devenir des flashsideways ! C'est-à-dire qu'on ne se trouve ni dans le passé, ni dans le futur, mais dans une vie alternative ! En gros, que serait devenus ces gens si l'avion ne s'était pas écrasé ?  Une bonne série se doit d'avoir un bon casting (ça marche aussi pour un film). Et là c'est carrément royal. Parce que non seulement les personnages sont très nombreux (peut-être une quarataine ?) et bien écrits, mais en plus interprétés par des acteurs de qualité. Et tous sans exception. On arrive à s'attacher à chacun d'entre eux, les personnages principaux (ceux qu'on retrouve dans les 6 saisons) comme les autres. Mention spécial à Matthew Fox (Jack), Evangeline Lilly (Kate), Josh Holloway (Sawyer), Jorge Garcia (Hugo), Henry Ian Cusick (Desmond), Nestor Carbonell (Richard Alpert), et à l'interpréte du personnage le plus ambiguë de la série, Michael Emerson (Benjamin Linus). Et j'en oublie... Si je devais retenir une scène de toute la série (pas facile), je choisirai la toute première du premier épisode de la saison 2. On y découvre en effet l'intérieur du mystérieux bunker juste avant que les survivants n'y pénètrent, sur fond de Make you own kind of music de The Mamas and the Papas. Un grand moment.  Lost, une série qui aura fait beaucoup parler d'elle pendant sa diffusion, et encore aujourd'hui.
★★★★★

LOST : les disparus
Retour à l'accueil