Film néo-zélandais, français et australien de Jane CAMPION (1993)

La leçon de piano

Résumé :

Au siècle dernier en Nouvelle-Zelande, Ada, mère d'une fillette de neuf ans, s'apprète à suivre son nouveau mari au fin fond du bush. Il accepte de transporter tous ses meubles à l'exception d'un piano qui échoue chez un voisin illettré. Ne pouvant supporter cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier. Regagner son piano touche par touche en se soumettant à ses fantaisies...


La leçon de piano

Critique :

Spécialiste du portrait de femme, Jane Campion livre sans doute avec La Leçon de Piano son plus beau film. En tout cas, c'est celui qui lui apportera une renommée internationale. Plutôt classique dans la forme, la cinéaste filme comme personne cette naissance du désir et le jeu sensuel qui l'accompagne. Jeu qui ne sera pas sans conséquence et conduira au drame. Hormis quelques petites longueurs, le film nous emporte jusqu'au bout. Beauté des paysages et de la musique de Mickael Nyman (pas de leçon de piano sans piano, dont un thème devenu incontournable) se joignent à la performance des acteurs : Sam Neil (terrifiant en mari trompé), Harvey Keitel (tout en bestialité), Anna Paquin (garde-fou dans ce monde d'adultes) et surtout Holly Hunter (à la fois impassible et bouillonnante, et forte malgré son handicap). Palme d'or 1993, Oscar de la meilleur actrice, César du meilleur film étranger... Mérité.

★★★★☆

LA LEÇON DE PIANO
LA LEÇON DE PIANO

Bande-annonce :

Retour à l'accueil