Roman de Chuck PALAHNIUK (2005)
Editions Gallimard (Folio Policier)

Résumé :

Misty Wilmot est une femme frustrée, intelligente et sensible, coincée sur une île défigurée par le tourisme où elle travaille comme une esclave dans un grand hôtel régulièrement vide. Son mari, architecte rencontré dans une école d'art, est dans le coma après ce qui ressemble à un suicide. Plus rien ne tourne rond. L'île, secrète, devient inquiétante, génératrice de psychoses. Pourquoi Peter, avant de vouloir en finir, a-t-il scellé certaines pièces des villas sur lesquelles il travaillait ? Comment expliquer les messages haineux qu'il a bombés sur les murs, annonçant la vengeance des habitants de l'île contre les envahisseurs ? Pourquoi les autochtones se mettent-ils à regarder Misty bizarrement comme si, subitement, elle était devenue autre, comme une sorte d'ennemie ?

Chuck PALAHNIUK - Journal Intime

Ton écriture. La manière dont tu marches. Le motif de porcelaine que tu as choisi. Tout te trahit et te dévoile. Tout ce que tu fais montre ta patte.
Tout n'est qu'autoportrait.
Tout n'est que journal intime.

La ville est tellement petite, tout le musée de cire de l'île de Waytansea l'espionne.

Ce sont là les trois couches de ta peau.
Ce sont là les trois femmes de ta vie.
L'épiderme, le derme et la graisse.
Ton épouse, ta fille et ta mère.

Critique :

Sur une trame qui fait penser aussi bien au Misery de King qu'au Rosemary's Baby de Polanski, Palahniuk s'offre une petite virée du côté du thriller paranoïaque mâtiné de fantastique. L'occasion de dresser avant tout le portrait, sombre, d'une femme, Misty : son enfance douloureuse, son enfermement, son alcoolisme et sa mélancolie.  Et l'auteur de s'interroger également sur la souffrance comme source d'inspiration artistique.  Avec ce roman, Palahniuk semble un peu plus "posé". Qu'on se rassure, ça reste suffisamment barré. La narration est moins éclatée (utilisation de la forme d'un journal intime), l'histoire moins alambiquée. Malgrè tout, la noirceur de l'auteur et son cynisme sont toujours présent.

★★★★☆

Retour à l'accueil