Film américain et britannique d'Alfonso CUARON (2013)

Gravity
Gravity

Synopsis :

Pour sa première expédition à bord d'une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l'astronaute chevronné Matt Kowalsky qui effectue son dernier vol avant de prendre sa retraite. Mais alors qu'il s'agit apparemment d'une banale sortie dans l'espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l'univers. Le silence assourdissant autour d'eux leur indique qu'ils ont perdu tout contact avec la Terre - et la moindre chance d'être sauvés. Peu à peu, ils cèdent à la panique, d'autant plus qu'à chaque respiration, ils consomment un peu plus les quelques réserves d'oxygène qu'il leur reste.Mais c'est peut-être en s'enfonçant plus loin encore dans l'immensité terrifiante de l'espace qu'ils trouveront le moyen de rentrer sur Terre...

Critique :

Ce n'était pas forcément le film le plus attendu de l'année, mais rapidement le bouche à oreille a été plutôt phénoménal. C'est donc avec cette réputation de film de l'espace le plus réaliste jamais filmé que je suis allé le voir. En 3D de sucroit. Et il faut bien avouer que visuellement Gravity est très impressionnant. Les détails, les mouvements, le tout combiné aux longs plans séquences qu'affectionne Cuaron, font du film un spectacle magnifique. Quand on en vient à se demander comment un film a été réalisé, c'est bien la preuve qu'on assiste à quelque chose d'assez unique. Et quand on en vient à se protéger le visage des débris flottant dans l'espace, c'est bien la preuve que...quoi, je suis le seul à avoir eu ce réflexe ? Réduit à deux comédiens, Gravity repose également beaucoup sur Sandra Bullock, sa prestation n'étant pas noyée sous la technique (ou en tout cas, ça n'en donne pas l'impression). Pour ce qui est du scénario, le film enchaine les mésaventures jusqu'à la fin. C'est un flm de survie. Alors même si c'est un peu tiré par les cheveux, ça a le mérite de retenir la respiration du spectateur jusqu'au bout. On évite pas le trauma caché de l'héroïne et les violons derrières, mais ces quelques secondes du film ne gâchent pas le reste d'un long-métrage vraiment  réussi. 

★★★★☆

GRAVITY
GRAVITY
Retour à l'accueil