Film américain de Neill BLOMKAMP (2013)

 


Elysium
    Elysium
Elysium
Synopsis :
 

En l’an 2154, deux classes sociales subsistent : les très riches qui vivent dans une station spatiale appelée Elysium, et le reste, qui vit sur une planète Terre surpeuplée et ruinée. Les gens qui sont restés sur Terre cherchent désespérément à s’échapper du crime et de la pauvreté qui y règnent et ils ont vraiment besoin de soins médicaux qui ne sont disponibles qu’à Elysium – mais certaines personnes dans l’Elysium ne reculeront devant rien pour faire respecter les lois anti-immigration et préserver le mode de vie luxueux des habitants d’Elysium. Le seul homme qui ait la chance d’instaurer l’égalité entre ces deux mondes polarisés est Max, un gars ordinaire qui doit désespérément se rendre à Elysium. Avec sa vie mise en jeu, il accepte à contrecœur une mission dangereuse – qui l’oppose à la Secrétaire de l’Elysium qui est intransigeante- mais s’il réussit sa mission, en plus de sauver sa vie, il va sauver celle des millions de gens sur la Terre...

Avant-goût :

Le nouveau film de SF de Neill Blomkamp, réalisateur de l'excellent District 9. Au casting : Jodie Foster (Panic Room), Sharlto Copley (District 9), Wagner Moura (Troupe d'Elite) et Matt Damon.
 

ELYSIUM
ELYSIUM
ELYSIUM
ELYSIUM

Critique :

Après le succès critique et public de son impressionnant premier film District 9 (nominé à l'Oscar du meilleur film), j'attendais avec impatience le second long-métrage de Neill Blomkamp. Pétard mouillé ou vrai talent ? En choisissant de s'attaquer de nouveau à la SF (a priori son genre de prédilection), Blomkamp limite les risques, même si le budget est plus conséquent. Impossible de ne pas penser à District 9 en voyant Elysium. Le second reprend 2 des ingrédients clefs du premier, à savoir la critique sociale et le style visuel. District 9 évoquait une certaine forme de racisme (entre humains et extraterrestres), Elysium traite de la lutte des classes. Un sujet déjà traité à plusieures reprises dans le cinéma, et notamment dans la science-fiction avec l'incontournable Métropolis. C'était en 1928. J'aurais aimé qu'Elysium approfondisse un peu ce thème, mais le film met surtout en avant l'action. De plus, les personnages sont assez manichéens (les "riches" sont vraiment irrécupérables). Pas trop de suprises donc, mais quand un film d'action à gros budget donne un peu à réfléchir, c'est toujours bon à prendre. Quoiqu'il en soit le film est loin d'être asceptisé. Le propos peut sembler un peu naïf, mais le film ne s'épargne pas les scènes violentes, voire gores. Côté visuel, on retrouve le style de Neill Blomkamp : des effets spéciaux ultra réalistes (surtout les robots, il aime bien les robots Neill), nombreux points de vue (caméra, écrans...), des bidonvilles... Que ce soit sur Terre ou sur Elysium, la forme est magnifique. Seul petit bémol, l'utilisation de la shaky cam. L'effet ne dure que quelques secondes heureusement, mais ça rend l'action illisible. Est-ce que c'est pour cacher des FX moyens ? Vu l'ensemble, ça me parait peu vraissemblable. Est-ce que c'est un effet de style ? Dans ce cas, c'est assez irritant. Un mot sur Matt Damon : excellent du début à la fin. Pour résumer, Elysium est presque un réussite. Il reste à mes yeux un cran en dessous de District 9, mais demeure un des meilleurs films de SF de l'année. Vivement le prochain film de Blomkamp. Ha oui, au fait, ce sera un film de SF.
   
★★★★☆

Sortie française : 14 août 2013

Filmograhie de Neill Blomkamp :
Alien 5
Chappie (2015)
Elysium (2013)
District 9 (2009)

Retour à l'accueil