Album de NINE INCH NAILS (1992)
 

Broken

Critique :

Deuxième album de NIN, Broken a connu une gestation un peu difficile. Le précédent, Pretty Hate Machine, ayant connu un succès tant critique que public, le président du label du groupe souhaite garder le contrôle sur la musique de Reznor. Mais ce dernier envisage plutôt de durcir le son, les prestations musclées du groupe durant les concerts ayant orienté Reznor dans cette direction. S'en suit une grosse divergence d'opinion entre les deux hommes et une bataille juridique qui conduit Reznor à s'éclipser. Pour réapparaitre quelque temps plus tard avec ce qui sera Broken, sous un nouveau label. Produit en quasi clandestinité avec Flood, Broken se compose de 8 titres, répartis sur les plages 1 à 6, 98 et 99 (les autres pistes ne contenant que quelques secondes de silence). On y trouve deux instrumentaux (dont Pinion qui servira très souvent d'introduction au groupe lors des concerts), une reprise (Physical d'Adam Ant) et une chanson co-écrite avec Pigface (Suck). Là où le premier album versait dans la pop synthétique, Broken offre un son beaucoup plus agressif, plus distordu, plus métal, sonnant presque live. L'album est rageur, tendu, bouillonnant, à l'image de sa pochette. Les paroles sont assez crues, et abordent des thèmes comme la dépendance ou le contrôle. Bref, Broken est un disque sans concession, sans temps mort, véritable exhutoire pour Reznor. Deux singles en seront extraits : Wish (qui permit au groupe de remporter un grammy award) et Happiness in Slavery. Un court-métrage (sous forme de snuff movie) réalisé par Peter Christopherson devait accompagné l'album, mais fut aussitôt censuré. Seul le clip de Wish fut diffusé.

★★★★★

NDA : on peut entendre sur certains titres (Gave Up en particulier) un mellotron, instrument ayant appartement à John Lennon en personne et racheté par Reznor. Sur Physical, c'est le chien de ce dernier qu'on peut entendre aboyer.


 

Retour à l'accueil