Film australie, américain et britannique de Jane Campion (2009)

Synopsis :

Londres, 1818. Un jeune poète anglais de 23 ans, John Keats, et sa voisine Fanny Brawne entament une liaison amoureuse secrète. Pourtant, les premiers contacts entre les deux jeunes gens sont assez froids. John trouve que Fanny est une jeune fille élégante mais trop effrontée, et elle-même n'est pas du tout impressionnée par la littérature. C'est la maladie du jeune frère de John qui va les rapprocher. Keats est touché par les efforts que déploie Fanny pour les aider, et il accepte de lui enseigner la poésie. Lorsque la mère de Fanny et le meilleur ami de Keats, Brown, réalisent l'attachement que se portent les deux jeunes gens, il est trop tard pour les arrêter. Emportés par l'intensité de leurs sentiments, les deux amoureux sont irrémédiablement liés et découvrent sensations et sentiments inconnus. " J'ai l'impression de me dissoudre ", écrira Keats. Ensemble, ils partagent chaque jour davantage une obsédante passion romantique qui résiste aux obstacles de plus en plus nombreux. La maladie de Keats va pourtant tout remettre en cause...

Bright Star

Avant-goût :

On pense forcemment à La Leçon de Piano, le grand film de la réalisatrice, et ça donne très envie. De belles images, une musique soignée et une histoire romantique...
BRIGHT STAR
BRIGHT STAR

Critique :

Film sur la création et la naissance d'un amour (impossible), Bright Star est l'occasion de révéler deux talents, Ben Whishaw et surtout Abbie Cornish. Des personnages tout en délicatesse (là ou  La Leçon de Piano versait plus dans la sensualité), évoluant dans de véritables tableaux vivants comme sait les construire Jane Campion. Au-delà des plans stylisés, montrer la poésie n'est pas chose aisée, mais la réalisatrice s'en tire plutôt bien. Film d'époque,  Bright Star n'est jamais académique ou ennuyeux. Film romantique, il n'est jamais naïf. Assurément un beau film.

★★★★☆

Sortie française : 6 janvier 2010

Retour à l'accueil