Film sud-coréen de Park Chan-Wook (2009)

Thirst

Synopsis :

Sang-hyun est un jeune prêtre coréen, aimé et respecté. Contre l'avis de sa hiérarchie, il se porte volontaire pour tester en Afrique un vaccin expérimental contre un nouveau virus mortel. Comme les autres cobayes, il succombe à la maladie mais une transfusion sanguine d'origine inconnue le ramène à la vie. De retour en Corée, il commence à subir d'étranges mutations physiques et psychologiques : le prêtre est devenu vampire. Mais la nouvelle de sa guérison miraculeuse attire des pélerins malades qui espèrent bénéficier de sa grâce. Parmi eux, Sang-hyun retrouve un ami d'enfance qui vit avec sa mère et son épouse, Tae-Ju. Il succombe alors à la violente attirance charnelle qu'il éprouve pour la jeune femme...
 
THIRST : ceci est mon sang
THIRST : ceci est mon sang

Critique :

Déjà récompensé d'un Grand Prix à Cannes pour Old Boy en 2004, Park Chan-Wook est à nouveau à l'honneur cette année avec le Prix du Jury (ex-aequo) pour Thirst, une alléchante histoire de vampire. De quoi faire oublier la petite déception que fut pour moi Je suis un Cyborg. Park Chan-Wook retrouve à cette occasion l'excellent Song Hang-Ho, son interprête de Sympathy for Mister Vengeance et de Joint Security Area (et qu'on a pu voir également dans The HostMemories of Murder et Le Bon, La Brute et le Cinglé). Et l'acteur de faire encore des merveilles dans le rôle de ce prêtre condamné à devenir un vampire mais qui lutte de toutes ses forces pour conserver le peu d'humanité qu'il lui reste. A saluer aussi la performance de sa partenaire Ok-bin Kim, assez  terrifiante en petite protégée sans état d'âme. Une relecture du mythe du vampire bien rafraichissante, et en tout cas surprenante de bout en bout. Tour à tour gore, grotesque et poétique, Thirst est tout sauf  un film formaté et prévisible. Park Chan-Wook se permet tout ce qu'il veut et brille par sa mise en scène. Un style qui n'est pas du goût de tout le monde, mais un régal pour les amateurs.

★★★★☆

Sortie française : 30 septembre 2009

Retour à l'accueil