Film américain de Tim BURTON (2010)


Johnny Depp - Alice

Synopsis :

Lors d’une soirée mondaine, Alice est présentée à son fiancé devant une foule d’invités, se retrouvant de fait un peu piégée. S’enfuyant avec le Lapin Blanc, elle retourne au Pays des Merveilles, qui a bien changé depuis sa dernière visite quand elle était jeune: devenu inquiétant et sombre, il vit sous la terreur du monstre Jabberwock lancé par la Reine Rouge. S’associant avec divers personnages, dont le Chapelier Fou (avec qui on lui prête une amourette, paraît-il), Alice aura fort à faire pour tuer le monstre et libérer ce monde de la tyrannie de la méchante Reine, et libérer au passage la Reine Blanche...
 

Helena Bonham Carter - Alice Anne Hathaway - Alice

 

Avant-goût :

Friant de l'oeuvre de Lewis Carroll et de l'univers d'Alice, c'est avec une grande curiosité que j'attends l'adaptation du roman par Tim Burton. Ce dernier a trouvé son Alice en la personne de Mia Wasikowska. Le fidèle Johnny Depp (dans le rôle du Chapelier Fou), Helena Bonham Carter (Madame Burton à la ville, dans le rôle de la Dame de Coeur), Alan Rickman (la Chenille Caterpillar), Anne Hathaway (la Reine Blanche) et Christopher Lee (Jabberwock) complêtent le casting.
 
Critique :
 

Mes craintes grandissaient au fur et à mesure que se dévoilait le film, et les premiers échos n'étaient pas très rassurants. La déception venait surtout des fans du réalisateur, le reproche étant une certaine difficulté à se renouveller depuis quelques films. Pourtant l'équation Alice + Burton promettait des étincelles. Au vue de la filmographie de Burton,  Alice est loin d'être son chef d'oeuvre, mais en restant objectif le spectacle offert est de grande qualité. Du côté des effets spéciaux (qui représentent le plus gros du film), l'univers créé est assez riche et visuellement magnifique (j'ai particulièrement aimé le rendu des personnages du chat et de la chenille bleu). L'interprétation n'est pas en reste, notamment celle d'Alice et de la Reine Rouge. Même Depp n'en fait pas trop dans la peau du Chapelier Fou. Là où je tiquerais un peu, c'est au niveau du scénario qui manque un peu de profondeur. Mais finalement, je n'ai pas été tant déçu que ça. Alice est un divertissement grand public d'honnête facture.

★★★★☆

ALICE AUX PAYS DES MERVEILLES
ALICE AUX PAYS DES MERVEILLES
ALICE AUX PAYS DES MERVEILLES

Sortie française : 24 mars 2010

Retour à l'accueil