Film américain et allemand de Quentin TARANTINO (2009)

Inglourious Basterds
 

Synopsis :

Dans la France occupée, Shosanna Dreyfus assiste à l'exécution de sa famille juive par le colonel nazi Hans Landa. Shosanna parvient à s'échapper et se retrouve à Paris où elle se construit une nouvelle identité en tant que gérante d'un cinéma. Ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats juifs spécialisés dans des actions ciblées et risquées. Connus sous le nom de « The Basterds », Raine et ses hommes vont faire équipe avec l'actrice allemande et agent-double Bridget von Hammersmark pour tenter d'assassiner les leaders du Troisième Reich. Ils vont ainsi croiser Shosanna qui mène sa propre vendetta...


Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds
Inglourious Basterds





Avant-goût :


Remake d'un film de 1978, Inglourious Basterds est le nouveau film de Quentin Tarantino, deux ans seulement après le jubilatoire Boulevard de la Mort . Dès l'annonce de sa mise en chantier le film a fait parler de lui, notamment à travers son casting hétéroclite (Brad Pitt, Mike Myers, Eli Roth, Diane Kruger et Mélanie Laurent) et plutôt changeant (Maggie Cheung ayant été préférée à Isabelle Huppert). Un  film que nourrit Tarantino depuis de nombreuses années et qu'il a bouclé en un an, ce en prévision d'une éventuelle présentation au festival de Cannes en mai 2009. Un festival chéri par le réalisateur et présidé cette année par... Isabelle Huppert. Tarantino boude la cérémonie de clôture, pourtant son long-métrage obtient un prix, celui de la meilleur interprétation masculine (pour Christoph Waltz dans le rôle d'un officier nazi). Ben alors Quentin, on prend la grosse tête ?
 

INGLOURIOUS BASTERDS
INGLOURIOUS BASTERDS
INGLOURIOUS BASTERDS

Critique :

Alors il vaut quoi le nouveau Tarantino ? Le film faisant parler de lui depuis pas mal de temps, le risque de déception était plutôt grand (d'autant que le titre et la bande annonce sont trompeurs, les Basterds en question ne représentant qu'une partie du film). Au final, Inglourious Basterds vient enrichir une filmographie déjà bien fournie en classiques. Ce n'est pas tant l'histoire centrale que l'on retiendra ici (encore une vengeance), mais plutôt la manière dont tout cela est amené. et les libertés que le réalisateur prend avec l'Histoire. Le film se divise en chapitres (avec Tarantino on commence à avoir l'habitude) s'enchainant parfaitement. Il sait faire monter la tension, malgrè tout j'y ai trouvé quelques (toutes petites) longueurs. Mes segments préférés sont ceux où évolue Mélanie Laurent (parfaite, elle imprime l'écran à chacune de ses apparitions). Mention spéciale à Christoph Waltz (son personnage de nazi est cinématographiquement savoureux), à Til Schweigher et aux accents pourris de Brad Pitt.

★★★★☆

Sortie française : 19 août 2009

Retour à l'accueil