Film sud-coréen de Kim Jee-woon (2008)

Synopsis :


Les années 30 en Mandchourie. Le Cinglé vole une carte aux trésors à un haut dignitaire japonais. La Brute, tueur à gages réputé, est payé pour récupérer cette carte. Le Bon veut retrouver le détenteur de la carte pour empocher la prime. Un seul parviendra à ses fins, s'il réussit à anéantir l'armée japonaise, les voyous chinois, les gangsters coréens... et ses deux adversaires...


Le Bon, la Brute et le Cinglé
Le Bon, la Brute et le Cinglé
Le Bon, la Brute et le Cinglé

Avant-goût :

Ce nouveau film de Kim Jee-woon (2 Soeurs) s'annonce particulièrement jouissif. Après le polar et le fantastique, le réalisateur s'attaque au western (remis au goût du jour, ça va de soi). Ça sent l'action non-stop, le délire visuel et scénaristique. Un hommage à Sergio Leone qui promet. Surtout que l'on retrouve devant la caméra les très bons Lee Byung-hun (vu dans A Bittersweet Life) et Song Kang-ho (vu dans Memories of Murder, Sympathy for Mr Vengeance et The Host).

Critique :

Un western coréen, voilà de quoi intriguer au premier abord. Film le plus cher jamais produit dans le pays, il a connu là-bas un grand succès à sa sortie. Bourré de références (rien qu'avec le titre, on s'en doute), le film de Kim Jee-woon dépasse le simple hommage pour aboutir à un spectacle jubilatoire de bout en bout. Le scénario semble s'autoriser toutes les fantaisies et permettre ainsi la rencontre des différents protagonistes : mafia chinoise, bandits mandchous, armée japonaise et bien sûr le chasseur de prime, le tueur et le fouteur de trouble. 3 grosses scènes d'action ponctuent le film (l'attaque du train du début, le combat dans le marché fantôme et la poursuite finale), jusqu'à l'inévitable affrontement final. La réalisation virevoltante, l'humour omni présent et le plaisir communicatif des trois acteurs principaux font de ce film un divertissement plus que réussi.

★★★★★

LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE
LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE
LE BON, LA BRUTE ET LE CINGLE

Sortie française : 10 décembre 2008

Retour à l'accueil