Film britannique et américain d'Anton CORBIJN (2007)

Synopsis :

La vie de Ian Curtis, leader du groupe mythique de rock anglais Joy Division. Tiraillé entre sa vie de famille, sa gloire naissante et son amour pour une autre femme, Ian Curtis s'est suicidé le 18 mai 1980, à la veille de la première tournée américaine du groupe qui s'annonçait triomphale. Ian Curtis a changé le rock, sans le vouloir, sans le savoir...

Critique :

Qui d'autre que Corbijn lui-même aurait pu porté à l'écran la vie de Curtis ? Clippeur et photographe de renom (notamment pour Joy Division, U2 et Depeche Mode), il était le mieux placé. On aurait pu craindre de se retrouver face à un clip interminable, mais il n'en ai rien. Dans un noir et blanc qui s'imposait lui aussi (la musique sombre et desespérée du groupe, les années Thatcher) et impeccable (c'est la spécialité de Corbijn quand même), le film évite soigneusement de faire de Ian Curtis un martyre ou l'icône d'une génération perdue. Curtis était simplement un humain, rongé par ses crises d'épilepsie (qui rendait ses prestations scéniques si particulières) et ses tourments amoureux. Pas besoin d'être fan de Joy Division pour apprécier le film, les morceaux choisis (et quels morceaux !) ne sont jamais envahissants. Mention spécial à Sam Riley, (l'interprète de Curtis qui trouve ici son premier rôle) et aux scènes "live", plus vraies que nature (la musique et le chant étant réellement interprétés par les comédiens, musiciens à la base). Un petit bijoux.

★★★★★

CONTROL
Retour à l'accueil