Film américain de David FINCHER (1999)

Fight Club
Synopsis :
 
Jack ne souhaite qu'une chose : s'évader de son quotidien monotone. Très vite, il rencontre Tyler Durden, un vendeur de savon charismatique à la philosophie tordue et anarchiste. Ensemble, ils décident de créer un club de combat clandestin dont les règles s'établissent partout dans le monde...

Règle n°1 : il est interdit de parler du Fight Club.
Règle n°2 : il est interdit de parler du Fight Club.



Fight Club

Je suis la vengeance narquoise de Jack...

Et brusquement, je me rend compte que tout ceci - le flingue, les bombes, la révolution - est lié d’une certaine manière à une femme du nom de Marla Singer...

Critique :

CHAOS. CONFUSION. SAVON. 10 ans déjà depuis le choc cinématographique que fut Fight Club. Numéro 1 de ma filmothèque idéale, il n'a jamais été dépassé ni même égalé dans mon coeur. Entre ceux qui n'y virent qu'un film fasciste, machiste, ceux pour qui 35 millions de dollars de budget sont un peu trop pour prétendre cracher dans la soupe et ceux qui partirent avant la fin croyant être venus voir un action movie, on aura beaucoup écrit et entendu. Pourtant le côté "anar" n'est pas l'aspect principal du film ( le livre dont il est tiré étant plus virulent). De l'aveu même de Fincher, Fight Club est avant tout une comédie noire. Evidemment le film se permet d'égratigner nos habitudes de consommateurs modèles, mais finalement ça n'est qu'une partie du puzzle. Fleurtant avec le fantastique, l'enquête policière et même la romance (un peu tordue, certes), Fight Club offre plusieurs niveaux de lecture, ce qui en fait une oeuvre très riche. Un scénario habile, des dialogues qui claquent, mais aussi un casting parfait : Brad Pitt (très bon lorsqu'il est dirigé par Fincher), Edward Norton (qui s'affirme alors comme l'un des acteurs les plus doués de sa génération) et Helena Bonham Carter (idéale dans le rôle de Marla, finalement le personnage le plus équilibré du film, et qui prouve bien que le film n'est pas uniquement gonflé à la testostérone). Et ce joyeux monde de donner le meilleur sous la direction et la caméra magique de Fincher : pellicule qui saute et qui brûle, images subliminales, accélérations, ralentis, tout y passe. On sent que le réalisateur vient du clip, mais tout est au service l'histoire. Un bijoux de mise en scène. Mais ça, on le savait déjà depuis Alien3Seven et The Game. Bref, un long métrage simplement incontournable. De la BO sompteuse (composés par les Dust Brothers) à l'affiche, je ne trouve rien à redire. Le film est une succession de scènes anthologiques, dont la plus mémorable est la scène finale : des immeubles d'affaires, des explosions, Edward Norton et Helena Boham Carter côte à côte, le "M" qui se forme lorsqu'ils se prennent la main, "Where is my mind ?" des Pixies et une ultime image subliminale... Fight Club est un film ancré dans son époque. Culte. Définitivement culte.


★★★★★

Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence...

FIGHT CLUB
FIGHT CLUB
FIGHT CLUB
FIGHT CLUB

Sortie française : 10 septembre 1999

Retour à l'accueil