Film américain de Christopher NOLAN (2008)

THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT

Synopsis :

Batman, avec l'aide du Lieutenant Jim Gordon et du procureur Harvey Dent, continue sa guerre contre le crime. Bien que ce partenariat entre les trois figures de Gotham semble porter ses fruits, les trois hommes vont vite se retrouver en proie à un véritable chaos émanant du criminel le plus intelligent et le plus terrifiant qu'ils n'aient jamais rencontré, connu sous le nom du Joker...

Avant-goût :

La suite de l'excellent Batman Begins (plus réaliste et plus sombre que les épisodes précédents). Attendu avec impatience pour des raisons multiples : Christopher Nolan à la réalisation, Christian Bale sous le costume, Maggie Gyllenhaal remplaçant Katie Holmes et le retour du Joker comme bad guy de service.

THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT
THE DARK KNIGHT

Critique :

Enfin, ça y est, j'ai assisté à la projection de TDK (2 fois en 3 jours). Un long moment que je piétinais d'impatience, pour ainsi dire depuis la fin de Batman Begins et l'annonce d'un nouveau criminel, un certain Joker. Ajouter à cela une campagne marketing impressionnante (et réussie) et tout le buzz fait autour de la mort de Heath Ledger (dont on a dit qu'il tenait ici le rôle de sa vie), y'avait de quoi rendre l'attente insupportable. Le film commence, gros silence dans la salle (c'est assez rare pour le souligner), on sent que quelque chose d'énorme va se passer... Et c'est le cas. 2h30 de pur bonheur, rien de moins. Batman Begins était déjà très bien, mais ça n'était qu'un amuse-gueule. Alors oui, la prestation de Ledger est remarquable (à savourer en VO tant sa voix est un régal) et justifie à elle seule de voir le film. Il est le personnage central du film, pour notre plus grand plaisir (j'ai bien aimé le coup du crayon pour ma part). L'autre point fort de l'oeuvre de Nolan est ce climat de paranoïa et de tension présent du début à la fin, ambiance post septembre 2001. Même quand le Joker n'est pas présent à l'écran son ombre plane sur la ville. Il est un "agent du chaos" comme il aime à se définir. On ne sait plus à qui se fier et comment stopper cette folie meurtrière. La frontière entre le bien et le mal est bien mince, et même le meilleur d'entre nous peut tomber du mauvais côté, à l'image de Harvey Dent/Double Face (Aaron Eckhart, parfait). Un mot sur Bale/Freeman/Caine dont les rôles sont moins importants, mais dont les performances demeurent excellentes, et sur Maggie Gyllenhaal qui remplace plutôt bien (faut dire que le personnage de Rachel n'est pas très développé) la fadasse Katie Holmes du premier volet. Au final, TDK est plus un polar qu'un film de super-héros, c'est sans doute ce qui en fait une très grande réussite, aidé en cela par des scènes d'actions jouissives et un casting en or. Le meilleur film de l'année (pour l'instant) et un des meilleurs films tout court. Vivement la suite.

★★★★★

Sortie française : 13 août 2008

Retour à l'accueil