Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FICHE TECHNIQUE

FILM FRANÇAIS

Réalisation
:
Dominique Rocher

Genres :
Drame
Horreur
Thriller

Sortie française :
7 mars 2018

Casting :
Anders Danielsen Lie
Golshifteh Farahani
Denis Lavant
Sigrid Bouaziz
David Kammenos
Jean-Yves Cylly
Nancy Murillo
Lina-Rose Djedje
Victor Van Der Woerd
Léo Poulet
LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE | Critique seule dans la capitale
LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE | Critique seule dans la capitale
LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE | Critique seule dans la capitale
SYNOPSIS

En se réveillant ce matin dans cet appartement où la veille encore la fête battait son plein Sam doit se rendre à l’évidence : il est tout seul et des morts vivants ont envahi les rues de Paris. Terrorisé, il va devoir se protéger et s'organiser pour continuer à vivre. Mais Sam est-il vraiment le seul survivant ?

CRITIQUE

Adaptation du roman de Pit Agarmen (anagramme de Martin Page) publié en 2012, La Nuit a dévoré le monde (superbe titre) entend faire rentrer du zombie dans la capitale française, à sa manière. Sans renouveler le cinéma de genre français, Dominique Rocher fait une proposition singulière avec ce premier film, au risque de décevoir une partie du public.

Ici l'action et la mise en scène ne lorgnent clairement pas du côté de 28 Jours plus tard. Certainement contraint par des raisons budgétaires, Rocher fait le choix d'une certaine sobriété. Le film contient quelques scènes horrifiques, mais le réalisateur préfère la plupart du temps évacuer les passages obligés du genre. C'est bien la psychologie du personnage de Sam qui l'intéresse. Présenté comme un solitaire dans l'introduction, l'arrivée des zombies ne fera finalement qu'empirer cette situation, pour mieux lui redonner goût en l'humanité.

Dommage que l'introduction soit un poil longuette et que la découverte de l'épidémie et les premières confrontations avec les zombies soient si peu spectaculaires, comme acceptées et survolées. Si je comprends bien l'intérêt de souligner l'apathie du personne principal, j'aurais néanmoins souhaité un début plus accrocheur. Quitte à moins charger en action une dernière partie plus conventionnelle.


AVIS
3.0

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article