Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FILM AMERICAIN

Réalisation :
James Cameron

Genres :
Action
Aventure
Science-fiction
Thriller

Sortie française :
8 octobre 1986

Casting :
Sigourney Weaver 
Michael Biehn
Paul Reiser
Lance Hericksen
Carrie Henn
Bill Paxton
Jenette Goldstein
William Hope
Al Matthews
Colette Hiller

ALIENS, LE RETOUR | Critique qui part à la guerre
ALIENS, LE RETOUR | Critique qui part à la guerre
ALIENS, LE RETOUR | Critique qui part à la guerre
ALIENS, LE RETOUR | Critique qui part à la guerre
ALIENS, LE RETOUR | Critique qui part à la guerre

CRITIQUE :

Avec la réalisation d'Aliens, le retour, James Cameron s'engage pour une mission quasi impossible à accomplir : offrir une suite digne de ce nom à Alien, le chef-d'œuvre de Ridley Scott. Malgré les difficultés rencontrées lors du tournage (les méthodes de travail d'un metteur en scène américain se heurtant à celles d'une équipe technique britannique), Cameron accouche finalement d'un petit miracle. Non seulement il gère les conséquences du premier volet, mais parvient également à étendre son univers, enrichir le personnage de Ripley, prolonger la mythologie, tout en imposant sa patte. Je recommande à ce titre la version longue du film sortie en 1992.

Dans Aliens, le retour, Ripley doit d'abord faire face aux conséquences directes du premier volet : son hibernation a duré plus longtemps qu'elle ne l'imaginait, elle est toujours hantée par les événements passés, et la destruction du Nostromo est une chose que son employeur n'entend pas laisser passer. Nous apprenons ainsi l'existence et la mort de sa fille unique, nous découvrons la compagnie Weyland-Yutani (actuellement en train de terraformer la planète LV-426). Alors qu'elle se remet à peine de son périple et qu'elle doit gérer son deuil, elle se retrouve également privée de sa licence de pilote et de son grade de lieutenant.

Ce second volet est l'occasion d'étendre et d'enrichir l'univers de la saga. Aliens nous présente donc la compagnie Weyland-Yutani, société qui entend coloniser l'espace, défendant ses propres intérêts quitte à sacrifier quelques pions au passage. Le long-métrage introduit également l'armée, chargée d'assister la compagnie dans ses colonies, au travers des fameux marines coloniaux.

Si dans le premier film le personnage de Ripley ne dévoilait sa véritable importance qu'en cours de route, elle est ici la figure centrale, bénéficiant d'une interprétation exceptionnelle de Sigourney Weaver. En dévoilant une partie intime de sa vie qu'on ne connaissait pas, Ripley gagne en profondeur, son drame familial aura toute son importance au moment de sa rencontre avec Newt et du lien qui se créera.

Comme toute bonne suite qui se respecte, Aliens se devait également d'enrichir la mythologie de la saga. Sur une idée (géniale) de Cameron, le film nous en apprend plus sur le cycle de vie des xenomorphes, introduisant l'imposante reine alien. Superbement mise en image, elle sera au centre de deux scènes mémorables : l'entrée de Ripley dans le nid et le combat final à bord du Sulaco contre le power loader.

Avec ce personnage centrale de femme forte et cette imagerie militaire, Aliens porte incontestablement la marque de James Cameron. Réalisateur et co-scénariste, il intervient même sur certains des designs les plus mémorables : celui du Sulaco (conçu par Syd Mead, mais sur ses indications), celui de la reine alien ou bien encore celui de l'exosquelette utilisé par Ripley. Un investissement de tous les instants qui contribue largement à la réussite du film.


AVIS
★★★★★

Tous les articles consacrés à la saga Alien :
Alien : Covenant
Prometheus
Alien³
Aliens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

titi70 11/04/2020 17:00

Clairement mon film préféré de la saga. Je le préfère même au premier dont je ne suis pas un grand fan. J'irais plus loin en disant que, pour moi, la saga aurait du s'arrêter avec Aliens. Cameron reprend la franchise et y injecte une bonne dose d'énergie. Franchement, comment ne pas craquer en voyant Ripley à bord d'une machine de chargement (d'ailleurs également présente dans Avatar) défoncer sauvagement la reine des aliens. Bref, pour moi, c'est un film culte.

Moskau 12/04/2020 10:09

Alien aura quand même contribué au renouveau de l'horreur de fort belle manière, tant dans la mise en scène que dans ses visuels démentiels. D'ailleurs, une des rares choses que je repproches à Cameron sur Aliens, c'est de pas avoir repris Giger. Même si Cameron et son équipe on fait de l'excellent travail, Giger reste indissociable de la saga. Concernant Alien 3, je ne peux pas être totalement objectif, étant fan de David Fincher. Je reconnais que le film n'atteint pas le niveau de ces prédécesseur, mais il faut dire que la production a été catastrophique.