Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FILM AMERICAIN

Réalisation :
Panos Cosmatos

Genres :
Action
Fantastique
Horreur
Mystère
Thriller

Sortie française (DVD) :
6 février 2019

Casting :
Nicolas Cage
Andrea Riseborough
Linus Roache
Bill Duke
Richard Brake
Ned Dennehy
Olwen Fouéré
Line Pillet
Clément Baronnet
Alexis Julemont
Sam Louwyck
Hayley Saywell

MANDY | Critique hallucinée
MANDY | Critique hallucinée
MANDY | Critique hallucinée
MANDY | Critique hallucinée

SYNOPSIS :

En 1983, Red Miller vit avec sa petite amie artiste Mandy dans les bois du Nord-Ouest Pacifique, isolés du monde. Un jour, Mandy est attaquée par Jeremiah Sand, un chanteur folk devenu le gourou d'une secte. Avec l'aide d'une bande de motards, les Black Skulls, Sand tente de la convertir mais Mandy, après s'être moquée de lui, est brûlée vive sous les yeux de Red impuissant. Ivre de vengeance, Red rassemble un arsenal d'armes improbables pour se venger de Sand et de ses admirateurs. Mais, peu à peu, le monde se modifie et ressemble à une peinture de sa fiancée défunte... Aux frontières du réel, rien ne l'arrêtera pour mener sa vendetta...

CRITIQUE :

Il aura mis huit longues années à réaliser son deuxième long-métrage. Après l'expérience assez unique de son Beyond the Black Rainbow, Panos Cosmatos revient avec Mandy, véritable trip hallucinatoire où se mêlent gourou fanatique, motards mutants et combat à la tronçonneuse. Quoi de mieux après avoir proposer un OFNI que de remettre le couvert ? Et avec des vrais morceaux de Nicolas Cage dedans.

Comme pour son premier film, les événements de Mandy se déroulent durant l'année 1983, une année pivot semble-t-il dans la cinéphilie de Cosmatos. L'esthétique des années 80 s'invite une fois de plus à la fête, sublimée du début à la fin. Le filtre rouge est de rigueur, annonciateur des horreurs à venir et du sang que s'apprête à verser le personnage principal, le bien nommé...Red.

Contemplatif, lancinant, hypnotique jusqu'à provoquer une tension extrême, Mandy mise énormément sur l'alchimie créée entre l'image et le son (la fantastique BO composée par Jóhann Jóhannsson, sa dernière). Si la seconde partie vire au revenge-movie, déployant l'action et les effets gore, le film n'en oublie pas les visions hallucinatoires (notamment lors de courtes séquences animées) du plus bel effet !

Et puis pour que spectacle sous LSD soit totale, il faut parler de la prestation de Nicolas Cage. Investi comme il ne l'avait pas été depuis longtemps, et sans doute laissé libre de ses mouvements, il délivre ici une performance hallucinée elle aussi, passant d'homme meurtri à bête assoiffée de vengeance.


AVIS
★★★★★

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article