Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FILM AMERICAIN

Réalisation :
David Gordon Green

Genres :
Horreur
Thriller

Sortie française :
24 octobre 2018

CASTING :
Jamie Lee Curtis
Judy Greer
Andi Matichak
James Jude Courtney
Nick Castle
Haluk Bilginer
Will Patton
Rhian Rees
Jefferson Hall
Toby Huss

HALLOWEEN | Critique qui n'échappe pas à son destin
HALLOWEEN | Critique qui n'échappe pas à son destin
HALLOWEEN | Critique qui n'échappe pas à son destin
HALLOWEEN | Critique qui n'échappe pas à son destin

SYNOPSIS :

Une équipe de podcasteurs britanniques se rend aux États-Unis pour réaliser un reportage sur le massacre perpétré par le psychopathe Michael Myers lors de la nuit d'Halloween en 1978. Le reportage prend soudain une tournure macabre lorsque Myers parvient à s'évader lors d'un transfert vers un nouvel asile psychiatrique. Sa seule préoccupation est de se venger de Laurie Strode, la survivante du massacre. Après le traumatisme qu'elle a vécu il y a quarante ans, Laurie se prépare au retour de Michael Myers, négligeant ainsi sa fille, Karen, et sa petite-fille, Allyson, dans le but d'affronter une ultime fois le désormais célèbre tueur d'Halloween...

CRITIQUE :

Si les retours de Jamie Lee Curtis (dans le rôle culte de Laurie Strode) et de John Carpenter (à la production et à la musique) dans la franchise offrait au projet un semblant de caution, ce film anniversaire, le onzième film d'une saga initiée par John Carpenter en 1978, n'a finalement pas grand chose à proposer.

Dès la scène pré-générique (dans la cour de l'asile), les choses s'engagent mal. Entre les deux pseudo journalistes podcasteurs têtes à claques et la mise en scène au forceps, l'amuse gueule a déjà un drôle de goût. Des personnages irritables (problème d'écriture, de casting, ou véritable intention ?) couplés à une tension artificielle (il ne suffit pas d'accélérer le montage, de multiplier les gros plans et de pousser le son pour générer de l'angoisse), ça ne passe pas. Dommage, c'était la scène que j'attendais le plus après avoir vu la bande-annonce.

Malheureusement, le reste ne relève pas le niveau. La mise en scène s'avère bien trop scolaire pour retenir l'attention (le réalisateur tente bien une séquence du point de vue de Myers, mais elle apparaît plutôt hors sujet) et la plupart des personnages présentés sont insupportables ou, au pire, sans intérêt. Tellement clichés. La grand-mère alcoolique qui ne se remet pas de son traumatisme ; la fille qui vit dans le monde des bisounours, refusant d'écouter sa mère ; le père bien beauf ; la petite fille dont les atermoiements adolescents n'ont strictement aucun intérêt tant ils ont été vus et revus (rien n'a changé depuis 40 ans) ; le docteur trop investi (on se demande bien dans quoi d'ailleurs, Myers n'ayant pas prononcé un seul mot en 40 ans...) pour être honnête et dont l'analyse ultra pertinente résonne encore à mes oreilles  : "il continuera à tuer tant qu'on ne l'arrêtera pas". Sans déconner.

L'enfance difficile de Karen auprès de sa mère Laurie, la transmission de la peur et de la paranoïa d'une génération à une autre : tous les thèmes potentiellement intéressants sont survolés. Un flashback au montage épileptique pour l'un, une simple phrase (prononcée sur un ton tellement sérieux qu'il en devient risible) pour l'autre.

Pour le reste, le film suit un chemin tellement balisé que j'en viens à me poser la question du bien fondé de l'entreprise. Quelle est la nature exacte du long-métrage ? Suite ? Remake ? Reboot ? D'un côté, les scénaristes choisissent volontairement d'ignorer les volets produits après le Halloween de Carpenter pour faire de ce Halloween (quelle originalité) 2018 une suite directe de l'opus initial. De l'autre, j'assiste à un quasi remake. Où est l'intérêt ? Le film est le plus gros succès de la franchise. On tient peut être une piste...


AVIS
★★☆☆☆

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article