Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FILM AMERICAIN

Réalisation :
Todd Phillips

Genres :
Policier
Drame
Thriller

Sortie française :
8 octobre 2019

CASTING :
Joaquin Phoenix
Robert de Niro
Zazie Beetz
Frances Conroy
Brett Cullen
Shea Whigham
Bill Camp
Douglas Hodge
Josh Pais
Marc Maron

JOKER | Critique qui ne rigole pas
JOKER | Critique qui ne rigole pas
JOKER | Critique qui ne rigole pas
JOKER | Critique qui ne rigole pas

SYNOPSIS :

En 1981, à Gotham City. Arthur Fleck travaille dans une agence de clowns. Méprisé et incompris, il mène une vie en marge et vit dans un immeuble miteux avec sa mère, Penny. Un soir, il se fait agresser dans le métro par trois hommes, le poussant à les tuer en retour. Si son geste inspire une partie de la population, Arthur bascule lui peu à peu dans la folie pour devenir le Joker, un dangereux tueur psychotique...

CRITIQUE :

D'abord reçu avec perplexité (Warner Bros. nous proposant un film solo n'intégrant pas l'univers cinématographique DC mis en place depuis Man of Steel) et méfiance (Todd Phillips à la direction et le souvenir du consternant Suicide Squad), Joker aura finalement su piquer la curiosité (Joaquin Phoenix dans le rôle titre et les premières photos de tournage), développer un intérêt grandissant (les bandes-annonces plus que rassurantes) jusqu'à en devenir le film à voir absolument cette année (le Lion d'or à la Mostra de Venise et les critiques élogieuses).

Cette nouvelle itération du Joker débarque donc sur les écrans, précédée d'une réputation de quasi classique instantané. Si le film n'est pas le chef-d'oeuvre annoncé, il n'en reste pas moins une proposition plus que bienvenue, loin, très loin des adaptations de comics grand public servies depuis des années. Joker s'éloigne ainsi des blockbusters super-héroïques traditionnels pour se rapprocher du film d'auteur. Porté par la vision de son réalisateur (Todd Phillips étant à l'origine du projet) et l'interprétation sans faille de Joaquin Phoenix, Joker donne matière à réflexion, sans pour autant laisser le divertissement de côté.

Le film est ainsi le portrait intime et glaçant d'un homme qui voudrait s'insérer dans la société par le travail, soigner ses troubles, subvenir aux besoins de sa mère, trouver l'amour, réaliser son rêve de devenir humoriste et se trouver un père de substitution. Accumulant les déboires, les déconvenues et les désillusions, Arthur Fleck sombre et embrasse progressivement la folie. Il devient alors le symbole d'un mouvement de contestation qu'il aura engendré malgré lui, mais qui couvait depuis bien longtemps dans les rues d'une Gotham en pleine déliquescence.

Se raccrochant à la mythologie "Batman", le long-métrage de Todd Phillips propose une origin story plus que satisfaisante. D'autant que le doute subsiste quand à la véracité du récit, les troubles affectant Arthur Fleck l'éloignant parfois de la réalité. Une manière de dire que le personnage reste insaisissable. L'essence même du Joker. Mais le film pourrait tout aussi bien fonctionner sans les éléments tirés des comics, grâce au réalisme de son univers et au sérieux du traitement de ses nombreuses thématiques.

Reste à voir si cette formule plus que gagnante (auprès du public comme de la critique) pourra s'appliquer à d'autres personnages issus des comics et à espérer que Hollywood en fasse bon usage...


AVIS
★★★★★

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

titi70 13/10/2019 14:21

Absolument pas tenté par ce long métrage qui semble proposer une vision aseptisé et trop "film d'auteur" du personnage. Je préfère attendre sagement Venom 2.

Moskau 14/10/2019 17:41

Aseptisé ? J'ai du mal à saisir ta pensée. Tu veux dire qu'on humanise trop le personnage ? Parce que si tu parles de violence (physique ou psychologique) ou de réflexion, le film est loin d'être aseptisé. Au contraire de long-métrage de super-héros classiques où presque rien n'a d'impact et où toute réflexion est survolée ou évacuée en quelques secondes. J'imagine que Venom 2 fera partie de cette deuxième catégorie d'ailleurs.

spiBER-man 01/09/2019 20:43

Bon et bien j espère être surpris mais pas de hype pour moi

Moskau 02/09/2019 17:22

Il faut laisser de côté le DCEU et prendre ce Joker comme une proposition plus réaliste et plus "auteurisante", toutes proportions gardées.

spiBER-man 13/04/2019 22:32

J avais eu du mal avec le choix de l acteur mais c'était passé, j avais eu du mal avec le maquillage mais la encore c'était passé , mais là le trailer j ai beaucoup beaucoup de mal.

Moskau 14/04/2019 10:35

Phoenix est quand même une valeur sûre. Au moins ici Warner essaie de proposer quelque chose de différent, de moins spectaculaire, mais peut-être de plus profond que les films de super-héros habituels. Qu'est-ce qui te dérange dans la bande-annonce ?