DERNIER TRAIN POUR BUSAN

Film sud-coréen
Réalisation : Yeon Sang-ho
Sortie française : 17 août 2016

DERNIER TRAIN POUR BUSAN
DERNIER TRAIN POUR BUSAN

Synopsis :

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l'état d'urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu'à Busan, l'unique ville où ils seront en sécurité...

Avant-goût :

Film d'horreur avec Gong Yoo (The Age of shadows).

DERNIER TRAIN POUR BUSAN

Critique :

Dernier train pour Busan aura beaucoup fait parler de lui cette année (notamment au Festival de Cannes où il était présenté hors compétition aux Séances de minuit) et dans son pays d'origine où il a connu un énorme succès. Film de zombies (le mot y est prononcé) se déroulant (en grande partie) dans un train, le film m'a davantage convaincu sur la forme que sur le fond. Le film souhaite offrir au spectateur plus qu'un simple divertissement, une ambition qui reste tout a fait louable, en particulier dans le cadre d'un blockbuster. Malheureusement, le scénario ne fait qu'effleurer les choses ou manque de subtilité. S'agissant des différents personnages, on frôle parfois la caricature : le grand patron est un enfoiré de première (classe), le prolétaire est altruiste, le gestionnaire de fond et père divorcé est un égoïste qui ne tient pas les promesses faites à sa fille, les petits employés sont lâches... Archétypes, oui, mais le trait me semble assez grossier, d'autant que la psychologie des personnages n'évolue quasiment pas, à l'exception de Seok-woo dont on sent dès le départ qu'il n'est pas si mauvais dans le fond. Peu de surprise à ce niveau là. Le réalisateur souhaite insuffler un brin d'humanité et d'émotion, chose qu'il parvient à faire. Avec une femme enceinte et une fillette, ce travail était déjà assuré à 50% sur le papier. Quant au sous-texte politique, il n'intervient qu'au détour d'un appel téléphonique de quelques secondes. Non, la vraie force du film est bien dans son visuel, sa mise en scène exploitant avec brio les possibilités offertes par le train et ses wagons, ses foules et ses pyramides de zombies non numériques, son rythme sans temps mort. Rien de révolutionnaire, mais un film terriblement efficace dans le genre.

★★★★☆

Bande-annonce (VOST)

Retour à l'accueil