A CURE FOR LIFE

Film germano-américain
Réalisation : Gore VERBINSKI
Sortie française : 15 février 2017
 

A CURE FOR LIFE

Synopsis :

Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse.Pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients. Alors qu’on lui diagnostique le même mal qui habite l’ensemble des pensionnaires, Lockhart n’a plus d’autres choix que de se soumettre à l’étrange traitement délivré par le centre… la Cure...

Avant-goût :

Nouveau film de Gore Verbinski (Lone Ranger), avec au casting : Jason Isaacs (Don't), Dane DeHaan (Valérian et la cité des mille planètes), Celia Imrie, Mia Goth et Carl Lumbly.

A CURE FOR LIFE
A CURE FOR LIFE
A CURE FOR LIFE

Critique :

Après l'échec commercial de son Lone Ranger, Gore Verbinski ne choisit pas la facilité et nous propose l'étrange A Cure for life. Si le récit est des plus classiques (un homme retenu dans un établissement de santé, qui cherche à tout prix à s'en échapper, avant de mettre en doute sa propre lucidité), Verbinski livre un thriller psychologique captivant de bout en bout. Le cinéaste avait déjà fait ses preuve dans ce genre avec l'excellent Le Cercle (remake de Ring), mais confirme ici tout son talent. A Cure for life regorge de références cinématographiques telles que Shutter Island (d'autant que Dane DeHaan, convaincant premier rôle, entretient avec Leonardo DiCaprio une certaine ressemblance physique) et Shining, ainsi que littéraires comme le Dracula de Stocker et le Frankenstein de Shelley. Le réalisateur enchaîne des scènes plus angoissantes les unes que les autres (et parfois gores), dans une mise en scène ultra efficace. Le film est d'une beauté de tous les instants, chaque plan d'une précision implacable. Le château de Hohenzollern (où est censé se trouver l'établissement thermal) ainsi que le spa lui-même sont superbement mis en image. Le réalisateur utilise beaucoup d'angles de vue différents pour tirer profit au maximum des décors et installer le malaise, bien aidé également par la bande-originale de Benjamin Wallfisch (dont une ritournelle entêtante). Verbinski, co-scénariste du film, semble ne pas se donner de limite pour mener à bien son histoire, quitte à frôler le trop plein dans la dernière demie-heure, mais A Cure for life conserve tout son mystère.

★★★★☆

Bande-annonce (VOST)

Bande-annonce #2 (VOST)

Retour à l'accueil