PASSENGERS

Film américain
Réalisation : Mortem TYLDUM
Sortie française : 28 décembre 2016

PASSENGERS
PASSENGERS

Synopsis :

Jim Preston est un mécanicien. Il s'est engagé à bord d'un vaisseau spatial pour une mission de 120 années vers une colonie lointaine. À la suite d'un problème technique, il est réveillé 60 ans trop tôt. Après avoir passé une année à vivre seul, entouré de robots et d'androïdes, il décide finalement de réveiller un autre passager : une journaliste nommée Aurora...

Avant-goût :

Nouveau long-métrage de Mortem Tyldum (Imitation Game), avec au casting Chris Pratt (Les Gardiens de la galaxie), Jennifer Lawrence (X-Men : Apocalypse), Laurence Fishburne (Batman v Superman : l'aube de la Justice), Michael Sheen (Alice de l'autre côté du miroir) et Aurora Perrineau.

PASSENGERS
PASSENGERS
PASSENGERS
PASSENGERS
PASSENGERS
PASSENGERS
PASSENGERS

Critique :

Si Passengers ne s'annonçait pas comme le long-métrage qui allait révolutionner la science-fiction, l'espoir d'un honorable divertissement était permis. Malheureusement, le film ne suscite pas vraiment l'enthousiasme. En cause, un scénario assez plat et qui a bien du mal à marier tous les éléments qu'il contient. Voulant mêler histoire d'amour compliquée et film catastrophe, Passengers ne fait qu'effleurer les choses et ne parvient à aucun moment à surprendre. Ne s'attarder que sur la solitude de Jim, sa déchéance tant psychologique que physique, son geste irréparable, son histoire d'amour avec Aurora, la peur qu'elle ne découvre la vérité et la difficulté de vivre avec ce secret, le tout dans un vaisseau spatial... Il y avait matière à faire un film original, profond et émouvant, et dont on se foutrait bien de savoir d'où vient le bug de départ. Mais non. Il fallait un troisième acte orienté action. Ultra convenue, c'est la partie la moins intéressante. Non seulement elle ne propose aucun rebondissement (on connaît la cause des dysfonctionnements depuis le début), mais les scènes proposées sont vues et revues. Pour le reste, quelques beaux plans et designs, deux têtes d'affiches qui s'en sortent avec les honneurs (notamment Chris Pratt dans les scènes qu'il porte seul) et un androïde réussit (sous les traits de Michael Sheen).

★★★☆☆

Bande-annonce (VO)

Bande-annonce #2 (VF)

Retour à l'accueil