Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

Film américain
Réalisation : David Robert MITCHELL
Genre : horreur
Sortie française : 11 février 2015

IT FOLLOWS
IT FOLLOWS
IT FOLLOWS

Synopsis :

Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d'étranges visions et l'inextricable impression que quelqu'un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper...

IT FOLLOWS
IT FOLLOWS

Critique :

Avec It Follows, son second film, Mitchell atteint déjà des sommets. La musique et les décors de banlieues américaines ne sont pas sans rappeler le cinéma de John Carpenter, cinéaste que Mitchell cite d'ailleurs comme une de ses références. D'une improbable malédiction, le réalisateur tire un suspens sans faille. Sa mise en scène redoutable (à base de plans panoramiques) couplée à la formidable bande son électronique de Disasterpeace (malaisante à souhait) suscite un effroi auquel il est difficile d'échapper. Aux sursauts du spectateur et aux dialogues inutiles, le film préfère une terreur plus diffuse, un suspens de tous les instants. Car pour une partie d'espace dévoilée, une autre disparaît inévitablement du regard. L'immersion est totale et l'on se surprend à être constamment aux aguets. Et quand on se rend compte que la menace prend un visage de plus en plus familier, l'effet est amplifié. Si cette damnation peut être perçue comme une métaphore (on pense à une maladie sexuellement transmissible), le scénario évite heureusement tout forme de puritanisme, au contraire. Fin de l'adolescence, banlieues vidées de leurs habitants, il flotte également sur It Follows comme un parfum de mélancolie. Et quand la mélancolie se mélange à la peur, le cocktail est savoureux.

★★★★☆

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roggy 30/12/2015 19:33

Le film est vraiment original à bien des égards et j'aime bien son petit côté Carpenterien.

Moskau 01/01/2016 14:26

Une idée de départ toute simple mais exploitée très efficacement !

princécranoir 20/12/2015 12:09

Je suis moins convaincu. Pas par la mise en scène qui en effet montre un vrai talent derrière la caméra, mais plus dans les idées qui s'accumulent, se mélangent, s'embrouillent dans un flou très problématique. J'attends de voir qu'il nous réserve derrière.

Moskau 20/12/2015 12:28

C'est peut-être ce manque de rigueur dans le scénario que pointait un certain Tarantino il y a quelque temps. Pour ma part, je trouve que l'ambiance l'emporte sur tout le reste.