ROGUE ONE : a Star Wars story

Film américain
Réalisation : Gareth EDWARDS
Sortie française : 14 décembre 2016

ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story

Synopsis :

Une bande de combattants de la résistance s’unissent dans une mission audacieuse pour voler les plans de l’Etoile Noire...

Avant-goût :

Entre Star Wars : le réveil de la force et le futur épisode VIII déboule sur les écrans Rogue One : a Star Wars story. Dirigé par Gareth Edwards (réalisateur de Monsters et Godzilla), Rogue One se déroule avant l'épisode IV. Au casting : Felicity Jones, Riz Ahmed (Night call), Diego Luna, Ben Mendelsohn, Forest Whitaker (Le Dernier rempart), Donnie Yen, Jiang Wen, Alan Tudyk et Mads Mikkelsen (Hannibal). 

ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story
ROGUE ONE : a Star Wars story

Critique :

Faire d'un événement simplement évoqué dans l'épisode IV un long-métrage capable de se suffire à lui-même. Voilà tout l'enjeu du premier spin-off Star Wars. Exploiter le filon jusqu'au trognon et livrer un bon film, est-ce possible ? Si Rogue One n'atteint pas des sommets, il demeure efficace dans son genre, celui du film de guerre transposé dans un univers intergalactique. Un projet idéal pour Gareth Edwards (quand bien même Disney juge bon de faire tourner des scènes additionnelles par un autre réalisateur et de remonter le film), capable de filmer l'action à hauteur d'homme, sur terre comme dans l'espace, et de rendre compte du gigantisme des décors et des vaisseaux par des plans toujours bien amenés. Pour un film de guerre, Rogue One reste classique dans son déroulement (constitution d'une équipe puis bataille finale) mais peut s'appuyer sur un casting plutôt solide (notamment Mads Mikkelsen et Donnie Yen), des effets spéciaux irréprochables (l'androïde K2-SO est bluffant de réalisme) et un ton assez sombre (notamment dans sa dernière partie). Manque néanmoins un élément important : un enjeu. Récupérer les plans en est bien sûr un, mais on ne peut guère être surpris par un dénouement connu depuis environ 40 ans. Une faiblesse scénaristique qui handicape le film, amoindrissant sa portée et notre empathie pour les personnages. Autre petit reproche, la volonté de vouloir coller au plus près à l'épisode IV. Si revoir Dark Vador est toujours aussi jouissif (voir sa dernière scène), recréer numériquement des acteurs morts ou trop âgés me laisse un goût amer.

★★★★☆

Bande-annonce (VOST)

Bande-annonce #2 (VOST)

Bande-annonce #3 (VF)

Bande-annonce internationale (VO)

Retour à l'accueil