Film britannique de Terry JONES (2015)

ABSOLUTELY ANYTHING

Synopsis :

Des extra-terrestres donnent à Neil la capacité de réaliser absolument n’importe quoi, transfomant sa vie de citoyen moyen du tout au tout. Entre autres choses, il donne la parole à son chien, désormais doté de pensées rationnelles...

Avant-goût :

Il s'agit du grand retour des Monthy Pythons au cinéma, Terry Jones se chargeant de la réalisation de cette comédie de science-fiction et assurant avec ses camarades John Cleese, Michael Palin et Terry Gilliam le doublage des extra-terrestres. Absolutely Anything compte également dans son casting Simon Pegg (Le Dernier bar avant la fin du monde), Kate Beckinsale et Robin Williams, ce dernier doublant Denis le chien.
 

ABSOLUTELY ANYTHING
ABSOLUTELY ANYTHING

Critique :

Difficile après avoir vu Absolutely Anything de croire que les Monthy Pythons sont derrière tout ça. Oubliez La Vie de Brian ou Sacré Graal, la montagne vient d'accoucher d'une souris. D'un postulat de départ finalement peu original, il n'en ressort qu'une comédie romantique déjà vue mille fois. Premier handicap, les fameux Monthy Pythons n'apparaissent que sous la forme d'extraterrestres. Non seulement leurs scènes intergalactiques ne sont pas très drôles, mais elles cassent le peu de rythme du film, et bénéficient d'effets spéciaux assez moches. Pourquoi ne pas en avoir fait des extraterrestres infiltrés sur la Terre, ayant l'apparence d'humains ? Le budget aurait alors servi à paufiner un peu les FX illustrant les pouvoirs du héros. D'ailleurs ces pouvoirs, on ne peut pas dire que leur potentiel soit pleinement utilisé. Le film manque clairement de folie, le personnage incarné par Simon Pegg semblant ne pas s'intéresser à autre chose qu'à sa personne. A peine 5 minutes seront ainsi consacrées au reste de la planête. Si Pegg porte le film, son rôle est archi balisé. Il fait le job, mais s'en est presque du gâchi tant le bonhomme aurait pu être utilisé mieux que ça. Et ce sont pas les rôles secondaires qui rattrapent l'affaire. Le love interest de Pegg, interprété par Kate Beckinsale, ne se démarque d'aucune façon. Ses ennuis professionnels (tout comme ceux de Pegg), evoqués en première partie, sont par la suite complêtement évacués. Quel intérêt alors ? Son ancien petit-ami est une caricature ambulante d'ex psychpathe pas crédible et pas drôle. Reste le chien qui parle, doublé en VO par Robin Williams. C'est quand même peu, d'autant que la fin, prévisible, est expédiée. Bref, si on esquisse un sourire de temps en temps, tout cela reste indigne du talent des Monthy Pythons.
 ★★★☆☆

Bande-annonce (VF)

Sortie française : 12 août 2015

Retour à l'accueil