Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

FICHE TECHNIQUE

FILM AMERICANO-CANADO-BRITANNICO-HONGROIS

Réalisation
:
Denis Villeneuve

Genres :
Action
Drame
Mystère
Science-fiction
Thriller

Sortie française :
4 octobre 2017

Casting :
Ryan Gosling
Dave Bautista
Robin Wright
Mark Arnold
Vilma Szécsi
Ana de Armas
Wood Harris
David Dastmalchian
Tómas Lemarquis
Sylvia Hoeks
BLADE RUNNER 2049 | Critique qui rêve de moutons électriques
BLADE RUNNER 2049 | Critique qui rêve de moutons électriques
BLADE RUNNER 2049 | Critique qui rêve de moutons électriques
BLADE RUNNER 2049 | Critique qui rêve de moutons électriques
BLADE RUNNER 2049 | Critique qui rêve de moutons électriques
SYNOPSIS

Trente ans après les événements du premier film, un nouveau Blade Runner, K, officiant pour le LAPD, met à jour un secret enterré depuis longtemps, qui pourrait bien plonger ce qui reste de la société dans le chaos. La découverte de K le met sur la piste de Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui est porté disparu depuis 30 ans...

CRITIQUE

Film que j'attendais le plus cette année, Blade Runner 2049 est donc la suite du chef-d'œuvre de Ridley Scott, l'action se déroulant 30 après. Combinant les codes du film noir à la science-fiction, Blade Runner est devenu au fil du temps une référence incontournable du septième art et reste aujourd'hui encore une source d'inspiration sans fin dans des domaines divers et variés : cinéma bien sûr, mais également musique, architecture, jeux-vidéo, ou bien encore mode. Voir débarquer un second film avait de quoi susciter quelques craintes, dont celle de voir l'oeuvre originale perdre de sa superbe. Même si le projet mûrissait depuis de longues années, qu'on retrouve Hampton Fancher (co-scénariste du premier volet) à l'écriture, Ridley Scott à la production et Denis Villeneuve à la réalisation, la peur du remake déguisé en suite se faisait toujours sentir.

Les premières images dévoilées au public me rassurant quelque peu, elles annonçaient aussi clairement que Blade Runner 2049 proposerait une esthétique assez éloignée de celle de son illustre aîné. Effectivement, si de nombreux plans font écho au premier film, ici le style se veut plus épuré et plus froid. Finis ou presque le Chinatown du futur, Blade Runner 2049 prend de la hauteur et laisse place à d'immenses espaces : des champs de panneaux solaires, un San Diego devenue une gigantesque décharge à ciel ouvert et un Las Vegas déserté, en ruine, recouvert d'un épais brouillard orange. Quoiqu'il nous donne à voir, le film régale les pupilles de sa beauté plastique et de ses compositions millimétrées. D'autant qu'il prend son temps (2h43), laissant durer les plans plus que de raison, mais pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment s'immerger complètement dans un autre univers. Blade Runner offrait déjà cette sensation unique, sa suite se le permet aussi, ce qui dans le monde des blockbusters d'aujourd'hui devient un véritable luxe, un pari assez audacieux et sans doute pas vraiment payant au box-office.

Dans les pas de l'agent K, Blade Runner 2049 délaisse donc l'action et le spectaculaire à tout pris pour s'attarder sur son enquête et surtout sa quête d'identité, l'un des éléments les plus intéressants. Parfaitement interprété par Ryan Gosling (son jeu s'adaptant sans mal au rôle d'un androïde), le réplicant K est sans conteste le meilleur personnage du film. Rejeté par des humains sans empathie, mais travaillant pour eux, rejeté par les réplicants qu'il a en charge de mettre hors d'état de nuire, il mène une existence assez misérable. Sans en avoir vraiment conscience, il aspire en tout cas à plus. Entre l'amour qu'il ressent pour sa petite amie virtuelle et l'enquête qui le conduit à s'humaniser de plus en plus, K s'émancipe peu à peu de son statut d'androïde.

Mélancolique et hypnotique, Blade Runner 2049 n'est pourtant pas exempt de défauts : l'enquête est un brin balisée, le personnage de Neander Wallace (interprété par Jared Leto) m'a paru assez caricatural dans son discours, le retour de Rick Deckard (Harrison Ford) n'a pas été le choc espéré, des explications n'ont pas lieu d'être quand d'autres éléments demeurent dans le flou, et la fin, satisfaisante, marquera moins les esprits que celle du premier film. Rien de rédhibitoire pour autant, Blade Runner 2049 s'en sort avec les honneurs.


AVIS
5.0

Tous les articles consacrés à la saga Blade Runner :
Blade Runner 2049
Blade Runner

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

princécranoir 02/01/2018 23:26

Des étoiles bien méritées pour une "réplique" qui a su nous emmener sur d'autres territoires. Bravo pour cette chronique qui lui fait honneur.

Moskau 03/01/2018 17:33

Et comme pour le premier volet, 2049 n'a pas rencontré un énorme succès public.

Roggy 25/11/2017 17:54

Comme toi, j'ai vraiment apprécié le film qui me semble un bon complément à l’œuvre originale.

Moskau 26/11/2017 09:20

Hâte de le revoir à sa sortie en DVD/BR, une très bonne surprise (le pari était loin d'être gagné). Après, Blade Runner premier du nom aura toujours ma préférence, pour son visuel plus urbain et plus "sale", pour son aspect bien plus visionnaire et ses scènes plus marquantes.

Shin 20/10/2017 10:13

Je rejoins assez ton avis sur ce film que j'ai globalement beaucoup aimé (c'est certainement le plus bel objet filmique de l'année esthétiquement parlant), mais dont les nombreux défauts agaçants m'ont un peu géné (comme ces sous-intrigues inabouties, certains personnages caricaturaux, le retour raté de Ford et sa longueur franchement excessive)...

Moskau 20/10/2017 17:16

Je comprends, le dernier acte est moins marquant quand dans le premier Blade Runner, et jai l'impression que certains éléments sont laissés volontairement de côté pour être développés dans une hypothétique suite. Ou alors ça arrangeait bien le scénariste.

Mo5kau 28/11/2014 19:38

Une suite n'était pas du tout nécessaire, surtout 32 ans après. Mais ce genre de chose semble inévitable de nos jours. Scott a préféré s'investir dedans plutôt que de laisser ça entre les mains du premier tâcheron venu. C'est déjà ça...

spiBER-man 27/11/2014 23:03

Déjà est ce qu'une suite est nécessaire aussi ?