Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Suivre

S'abonner

Rechercher

Fil Instagram

 

Archives

Film britannique
Réalisation : Alex GARLAND
Genre : science-fiction
Sortie française : 27 mai 2015

EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA

Synopsis :

Un programmeur milliardaire va inviter un de ses jeunes employés pour faire passer un test de Turing qui servira à évaluer l'intelligence artificielle de son androïde...

Avant-goût :

Premier film d'Alex Garland, scénariste notamment de 28 jours plus tard et de Sunshine. Au casting : Domhnall Gleeson (Star Wars : le réveil de la force), Oscar Isaac (Drive) et Alicia Vikander.

EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA
EX MACHINA

Critique :

Avec Ex machina (co-écrit avec Glen Brunswick), Alex Garland ne fait pas forcément dans la facilité pour sa première réalisation. Huis-clos de science-fiction, le long-métrage repose sur 3 éléments principaux que sont la maison de Nathan, Nathan lui-même et Ava, l'intelligence artificielle créée par Nathan. Isolée du reste du monde et perdu au milieu des bois et des montagnes, le pied-à-terre du richissime hôte se révèle être un véritable bunker en son sous-sol. Caleb, gagnant du concours, se retrouve ainsi dans une chambre entièrement bétonnée, sans fenêtre. Il peut aller et venir, mais certaines parties du bâtiment lui sont interdites d'accés, son badge ne l'autorisant à ouvrir que des portes bien spécifiques. Evidemment, tout comme le spectateur, Caleb sera amené à découvrir ce qui se cache derrière ses portes closes. Nathan le programmeur de génie milliardaire est un peu l'équivalent d'un Steve Jobs. Le personnage n'a pourtant pas le physique et l'attitude auxquels on pourrait s'attendre. Il passe ainsi beaucoup de temps à faire du sport (de la boxe) et à se biturer (à la vodka). Ainsi Caleb (et encore une fois le spectateur) ne sait pas trop sur quel pied danser avec lui. Complexe (et parfaitement interprété par Oscar Isaac), Nathan apparaît à la fois menaçant, amical, intelligent et torturé. Autre élément capital du film (si ce n'est le plus important), la fameuse Ava. Androïde, elle est donc un robot construit à l'image d'un être humain, ici une femme. Grâce à des effets spéciaux remarquables et le jeu d'actrice d'Alicia Vikander, le résultat est bluffant. Cette intelligence artificilelle excerce une certaine fascination, de par son aspect et la difficulté de savoir vraiment ce qui lui trotte dans les circuits. Mais qui manipule qui ? Au fur et à mesure d'un film de courte durée (1h29), la méfiance grandit, les rapports de force changent, jusqu'au à dénouement plutôt violent. Un premier film très prometteur.

★★★★☆

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

princécranoir 24/09/2015 21:07

Agréablement surpris par cette série B bien cortiquée, et qui sait très bien installer une sensation de malaise ambiant. Très prometteur en effet.

Moskau 25/09/2015 17:41

Même le passage "disco" est perturbant !

Roggy 01/09/2015 19:14

Bien d'accord avec toi, ce premier film est très réussi dans la forme et le fond (la thématique robotique et l'intelligence artificielle). Un film de SF intelligent, ça fait plaisir !

Moskau 01/09/2015 19:22

Et le prochain projet du réalisateur sera également un film de SF. Hâte d'en savoir plus.