Série (2014)
Réalisation :
José PADILHA
Scénario :
Doug MIRO
Carlo BERNARD
Showrunner :
Chris BRANCATO
10 épisodes

NARCOS (saison 1)
NARCOS (saison 1)
NARCOS (saison 1)
NARCOS (saison 1)

Synopsis :

Le cartel de Medellín, l'organisation la plus violente, la plus impitoyable et la plus lucrative de l'histoire criminelle moderne. Et l'homme à la tête de l’empire qui tirait les ficelles... Pablo Escobar. NARCOS raconte l'histoire vraie des efforts des États-Unis et de la Colombie dans leur lutte acharnée contre le cartel de Medellín pendant la guerre de la drogue dans les années 80. Offrant plusieurs axes de lecture, NARCOS décrit un monde violent où rien n'est tout à fait blanc ou noir...

Avant-goût :

Pour qui a vu les excellents Troupe d'Elite et Troupe d'Elite 2 : L'Ennemi intérieur, le choix de José Padilha pour réaliser une série sur le plus célèbre des trafiquants colombien apparaît comme une évidence. Il mettra en scène quelques uns des 10 épisodes (dont le pilote) commandés par Netflix, épisodes tournés en Colombie. Et c'est le brésilien Wagner Moura (acteur principal du diptyque Troupe d'Elite, et qu'on a pu voir également dans Elysium) qui incarnera Escobar. A ses côtés, Boyd Holbrook (Gone Girl) et Pedro Pascal.

 

NARCOS (saison 1)
NARCOS (saison 1)

Critique :

Plusieurs fois portée à l'écran, la vie de Pablo Escobar fascine toujours autant. Débutant avec un Escobar encore simple petit trafiquant et se concluant sur l'assaut de sa prison forteresse par l'armée colombienne, Narcos revient sur son ascension fulgurante, son rôle dans la création du cartel de Medellín, sa tentative de conquète du pouvoir et la guerre qu'il livra au gouvernement d'un pays qu'il n'entendait pas quitter. Mieux vaut une tombe en Colombie qu'une cellule en Amérique. Dix épisodes seulement, pour une narration trés resserrée. Au moins la série ne souffre d'aucun temps mort tant les informations, les personnages et les rebondissements sont nombreux. En recourant à la voix-off et en parsemant son récit de documents d'époques (photos, videos; coupures de presse), Narcos adopte un style documentaire tout à fait adapté. Elle y gagne en intensité, nous rappelant que tout ceci n'est malheureusement pas qu'une fiction. A cela s'ajoute une réalisation particulièrement soignée, mettant en valeur les paysages colombiens, pour une reconstitution des plus réalistes. A personnage hors du commun, acteur de choix. Wagner Moura s'en sort avec les honneurs tant son interprétation et sa présence capte l'écran. Un rôle pour lequel il a du notamment apprendre l'espagnol. Autre point positif, c'est justement la place laissée à l'espagnol dans la série. Si Narcos adopte le point de vue américain (par le bias de l'agent de la DEA Steve Murphy), sans manichéisme, environ 85% des dialogues ne sont pas doublés. Un fait appréciable qui permet au spectateur d'entrer encore mieux dans le récit. Vivement la suite.
★★★★☆

Bande-annonce (VOST)

Bande-annonce #2 (VO)

Diffusion : 28 août 2015

Du même réalisateur :
RoboCop (2013)
Troupe d'Elite : l'ennemi intérieur (2010)
Troupe d'Elite (2007)

Retour à l'accueil